TUTO #7 : 3 étapes pour apprendre à son chien à rester seul

Pour un chien, se retrouver seul du jour au lendemain sans aucune préparation, peut devenir très angoissant. Et encore plus si l’animal a des antécédents d’abandon. La première grosse erreur que beaucoup de maîtres font c’est de partir, même pour une heure, sans le lui avoir appris. La deuxième c’est de lui faire de gros câlins, en lui exigeant d’être « bien sage » pendant votre absence et en lui promettant de revenir très vite : cela ne fait que lui rajouter encore plus de stress !!

Résultat de recherche d'images pour "chien reste seul dans maison"Éduquer son chien aux ordres de base, c’est aussi lui apprendre à gérer la solitude. Savoir rester seul n’est pas naturel pour un chien qui est un animal socialement actif. Ainsi l’angoisse de la séparation, ou l’hyper-attachement, peut se manifester par la destruction de meubles ou d’objets, mais aussi par le dépôt de ses déjections. Il est la conséquence d’un chien trop attaché à son maître pour supporter la solitude et l’ennuie en même temps. Alors, comment faire pour apprendre à son chien à rester seul sagement et aller ainsi à l’encontre de sa nature profonde ?

Ne vous leurrez pas, l’apprentissage de la solitude nécessite plusieurs jours d’exercices, et peut parfois s’étaler sur plusieurs mois pour les chiens les plus anxieux et difficiles. Il ne faut pas perdre espoir et continuer les exercices. Savoir rester seul s’apprend en combinant l’apprentissage de l’ennui, la solitude et la modification du comportement du maître envers son chien. Comme les trois pieds d’un tabouret, manquer ou brûler des étapes conduira à un déséquilibre et donc à des erreurs. Le maître doit donc apprendre à être patient, tolérer les bêtises commises par son chien le temps de son apprentissage, être souple et rester calme envers lui.

 

Etape 1 : Apprendre à son chien à gérer l’ennuie

Une des règles cruciales dans la réussite de l’apprentissage de la solitude, consiste à rendre son chien indépendant. Se détacher de lui et lui permettre d’apprendre à vivre seul pendant la présence de son maître. En effet, si le maître reste constamment coller à son compagnon, le chien aura toujours des angoisses de séparation parce qu’il ne saura pas ce que c’est de rester seul sauf lorsqu’il y sera contraint.
La première étape consiste donc à se détacher de son chien pendant la journée et de ne pas répondre constamment à ses sollicitations (lorsqu’il veut jouer, lorsqu’il aboie, lorsqu’il fait le foufou…). Au départ ce n’est pas évident, car sans l’intervention du maître le chien s’ennuie. Or il ne sait pas ce qu’est l’ennui. Il découvre que c’est long, pesant, ennuyant, il ne sait pas quoi faire et forcément il sera amené à faire une bêtise à un moment donné pour attirer l’attention, et c’est à ce moment là uniquement que le maître devra intervenir pour dire « Non », fixer les limites et ensuite immédiatement revenir à ses occupations. Le chien apprendra progressivement à gérer l’ennui et à se rendre compte qu’il n’y a rien d’angoissant à cela.

Il est donc très fortement recommandé de donner à son chien la possibilité de s’ennuyer pendant la présence de son maître. Car non seulement le maître peut recadrer lorsqu’il voit du coin de l’œil quelque chose qui ne lui plait pas, mais en plus par sa simple présence, le chien se sent rassuré et apprend plus facilement à gérer l’ennuie et donc en partie la solitude sans en être angoissé.

 

Etape 2 : Apprendre à son chiot à rester seul chez soi tout en étant à ses côtés

Une fois que le chien est en mesure de s’ennuyer sans faire de bêtises, il sera alors plus facile de lui apprendre à rester seul sagement. L’apprentissage de la solitude nécessite plusieurs jours d’exercices et une cohérence dans les faits et gestes du maître envers le chien :

  • Choisissez une pièce ou le chien devra rester pendant votre absence et prévoyez de lui laisser un panier et des jouets. 
  • Faites en sorte que le chien vous suive dans cette pièce sans y être invité, sans interagir avec lui. 
  • Une fois à l’intérieur vaquez à vos occupations l’air de rien puis repartez en l’enfermant dans la pièce « sans le faire exprès ». 
  • Attendez 5 secondes puis entrez dans la pièce pour le récompenser d’une friandise.
  • Rebroussez chemin et renouvelez l’opération en attendant à chaque fois un peu plus longtemps.
  • Si le chien se met à pleurer, laissez le sortir sans interagir avec lui, sans le regarder, sans lui donner de friandise, car l’exercice est un échec. Attendez qu’il soit de nouveau l’esprit ailleurs pour recommencer l’exercice.

Augmenter le laps d’attente très progressivement par exemple : 5 secondes puis 20 secondes, 1 minute, 2 minutes, 5 minutes, 8 minutes… Au début, le chien prendra l’exercice pour un jeu et attendra derrière la porte. Au fil du temps, la durée sera de plus en plus longue, mais il sait que la porte va finir par s’ouvrir comme pour les autres fois. En ayant appris à gérer l’ennui, le chien attendra ainsi patiemment dans la pièce.

Faites des séances courtes pas plus de 20 minutes, à moduler en fonction de l’âge du chien. Plus il est jeune et plus les exercices doivent être courts. Préférez faire 3 séances de 15 minutes dans une journée qu’un exercice de 45 minutes qui sera moins efficace et peut se conclure par un échec total.

 

Etape 3 : Apprendre à son chiot à rester seul en sortant de chez soi

Résultat de recherche d'images pour "chien reste seul dans maison"L’ultime étape, celle qui permettra de valider tout l’apprentissage réalisé avec les étapes précédentes :

  • Absentez vous. Sortez de chez vous aussi souvent que possible, à des heures différentes, pour des durées différentes (5 minutes pour débuter). Votre chien ne doit pas relier votre sortie à un horaire ; ainsi il ne pourra pas anticiper celle-ci et donc ne stressera pas à l’avance.
  • Ne lui manifestez ni tristesse, ni admiration avant votre départ. Partez de façon banale, en l’ignorant tout simplement. Si vous le gâtez de caresses avant votre départ, votre chien s’affolera. Partez comme à votre habitude.
  • Cela vaut également pour votre retour, quelque fut la durée de votre absence. Une fois le chien calmer, caressez le brièvement et dite « Bon chien » s’il n’a pas fait de bêtises et dans le cas contraire, ignorez-le et ramassez les dégâts hors de sa vue. Il faut vraiment éviter de trop flatter votre chien quand vous rentrez.
  • En toute circonstance, restez neutre. Si vous lui accordez quelqu’intérêt, vous l’inciterez implicitement à réitérer des bêtises qui lui font comprendre qu’elles attirent votre attention.

 

 

Quelques astuces

  • Attention au rituel du matin ! Tous les matins, le réveil sonne à la même heure, et tous les matins il s’agit du même petit rituel: le petit déjeuner, la douche, la sortie du chien, la préparation vestimentaire… qui conduit immanquablement à la même finalité : le chien se retrouve seul. Durant tout se rituel, le chien va réclamer de l’attention, aboyer, jouer, pleurer, sauter bref il vous réclame. Il sait mécaniquement parlant qu’il va finir seul dans la maison et au fur et à mesure de l’approche du moment fatidique l’angoisse augmente, et rien n’y fait le chien fini toujours par faire des bêtises. Si votre chien souffre déjà d’angoisse de séparation et destruction au moment de l’apprentissage de la solitude, vous devez casser votre rituel du matin pour casser l’image mécanique du chien qui conduit à ses angoisses.
    Ainsi changer l’heure du réveil, commencez par la sortie, puis la douche et la tenu vestimentaire. Changer la place des clefs de voiture et de la laisse. Cassez complètement votre rituel pour repartir sur une bonne base saine que vous conserverez. Chaque matin passez un bon moment avec lui, sans trop en faire, caressez-le, parlez-lui pendant la sortie bref soyez naturel avec lui. Une fois rentré, faites-le manger si nécessaire et laissez-le vaquer à ses occupations puis couper toute interaction avec lui. Ne lui parlez pas, ne le regardez pas, ne jouez pas avec lui. Procédez à la suite de votre rituel comme s’il n’y avait jamais eu de chien à la maison. Partez sans lui parler et sans vous retourner.
  • Le chien devenu adulte, veillez à conserver ce même comportement neutre. Il ne doit pas comprendre que vous êtes sur le point de le quitter. Ce sera plus facile pour lui, comme pour vous.
  • Empêchez-le de vous suivre partout quand vous êtes chez vous. Il doit être capable d’être seul dans une autre pièce de la maison.
  • Ignorez votre chien 15 min avant votre départ et 15 après votre retour. Partir n’a rien d’extraordinaire, votre chien doit comprendre ça. Ne lui parlez pas avant votre départ, ni au retour.
  • Déviez son attention lorsque vous partez avec un os à mâcher ou des oreilles de cochon.
  • Ne le punissez surtout pas à votre retour en cas de bêtise. Mettez-le dans une autre pièce et nettoyez hors de sa vue.
  • N’utilisez pas de caisse ou de cage pour l’enfermer pendant votre absence. Cela ne fera qu’augmenter considérable sa souffrance et son stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *