Histoire de chien #1 : Chien ! D’où viens tu ?

Si l’on admet que les origines de la Terre remontent à environ 4 milliards et demi d’années, celles des premiers mammifères (100 millions d’années), des premiers canidés (50 millions d’années) puis des premiers hominidés (3 millions d’années) apparaissent extrêmement récentes. En effet, si l’on comparait l’histoire de la Terre à un chemin long d’un kilomètre, la vie des mammifères n’en représenterait que les derniers mètres et celle des canidés les derniers centimètres !

Compte tenu de l’impact de la présence du chien dans nos sociétés et de l’augmentation constante des rôles qu’il y joue, il est naturel de se demander d’où vient cet animal hors du commun et comment se sont tissés ces liens qui le rendent si proches de l’Homme.

 

L’origine des canidés

Au début de l’ère tertiaire, après la disparition des grands reptiles, un nouveau groupe de carnivores primitifs ressemblant à notre actuel belette commença à évoluer et à se diversifier sur le continent nord-américain : les miacidés. 

Résultat de recherche d'images pour "miacidé"

Miacidés

Ce groupe aujourd’hui éteins a été remplacé progressivement par les canidés. Ces mammifères sont caractérisés par des canines pointues, une dentition adaptée à un régime omnivore et un squelette taillé pour la locomotion digitigrade (animal marchant et reposant sur ses doigts ou ses pouces). Leur crâne et leurs doigts présentaient déjà des analogies ostéologiques et dentaires avec ceux des loups, des chiens et des renards actuels pour pouvoir être à l’origine de ces lignées.

A la fin du tertiaire, les canidés du genre Canis apparaissent et gagnent l’Europe par le Détroit de Béring. Ces canidés essaiment alors progressivement vers l’Asie puis vers l’Afrique. Paradoxalement, ils ne semblent avoir conquis l’Amérique du Sud que bien plus tard, au pléistocène inférieur. Enfin, c’est vraisemblablement l’homme qui est à l’origine de leur introduction sur le continent australien, il y a environ 500 000 ans, mais rien ne prouve qu’ils soient à l’origine des dingos, ces chiens sauvages qui peuplent actuellement ce continent et qui ont été, il y a seulement 15 000 à 20 000 ans, importés par l’homme.

 

Le chien ancêtre du loup ?

Un lieu commun très répandu consiste à affirmer que le chien descend directement du loup. Les récentes avancées de la génétique, et en particulier le séquençage du génome canin, montrent que les choses ne sont sans doute pas aussi simples qu’il n’y paraissait. Certes, les gènes du loup et ceux du chien diffèrent seulement pour environ 0,2% d’entre eux (contre 1% entre le génome du chimpanzé et celui de l’homme). Ces découvertes récentes ont permis d’inclure d’autres espèces de canidés sauvages, même minoritaires comme le dingo ou le coyote, dans l’arbre généalogique du chien.

Cette hypothèse a été renforcée récemment par plusieurs découvertes, notamment l’apparition de certaines races de chiens nordiques directement issues du loup ; le résultat de travaux génétiques comparant l’ADN mitochondrial de ces espèces, révélant une similitude supérieure à 99,8% entre chien et loup alors qu’elle ne dépasse pas 96% entre le chien et le coyote ; l’existence de plus de 45 sous-espèces de loups qui pourraient être à l’origine de la diversité raciale observée chez les chiens ; la similitude et la compréhension réciproque du langage postural et vocal entre ces deux espèces.

Les plus anciens squelettes de chiens découverts datent d’environ 30 000 ans après l’apparition de l’homme de Cro-Magnon (Homo sapiens sapiens). Ils ont toujours été exhumés en association avec des restes d’ossements humains et c’est la raison pour laquelle ils ont mérité, par la suite, l’appellation de Canis familiaris (-10 000 ans). Il apparaît logique de penser que le chien domestique descend d’un canidé sauvage préexistant. Parmi ces ascendants potentiels figurent le loup (Canis lupus), le chacal (Canis aureus) et le coyote (Canis latrans).

Croisement entre des chiens d’Asie et d’Europe

La découverte d’un crâne fossilisé de canidé dans une grotte au sud de la Sibérie a été étudié par une équipe Russe et Américaine. Ces scientifiques ont concluent qu’il s’agit d’un crâne de chien domestique, vieux de 33 000 ans – d’ailleurs contemporain d’un autre chien fossilisé découvert en Belgique – et distinct de toutes les lignées de chiens actuels. Ce qui contredit définitivement l’idée d’un événement unique, dans l’espace et dans le temps, comme origine de la domestication de cet animal.

Un crâne de chien domestiqué trouvé en Sibérie et daté de - 33 000 ans

Crâne de chien domestique découvert dans la grotte de Razboinichya, dans l’Altaï (sud de la Sibérie)

D’après une étude internationale menée par un groupe de chercheurs localisés dans différents pays (Grande-Bretagne, Irlande, France…), publiée en juin 2016 dans la revue américaine Science, notre compagnon canin serait issu de croisements entre les ancêtres européens et asiatiques du loup, domestiqués à deux époques différentes (la première domestication aurait eu lieu il y a environ 15000 ans et la deuxième il y a 12500 ans, environ). Les données recueillies ont montrés qu’un groupe de chiens d’Asie aurait migré vers l’ouest (avec ses maîtres) entre le quatrième et le cinquième millénaire avant notre ère. Ces chiens seraient les descendants des loups domestiqués 10000 ans plus tôt sur le continent asiatique. L’arrivée sur notre continent de ces chiens asiatiques auraient provoqué une baisse considérable de la population du chien d’Europe, lui aussi né de la domestication du loup (le chien d’Europe a d’ailleurs fini par totalement disparaître). Chiens d’Europe et d’Asie ont fait naître une nouvelle espèce, qui est l’ancêtre de celles que nous connaissons aujourd’hui sur le vieux continent.

 

L’élevage sélectif

Selon la théorie la plus probable, les chiens domestiques descendraient de canidés sauvages qui vivaient à proximité de colonies humaines. Attiraient là par les restes alimentaires que ces premiers hommes jetaient au pied de leurs camps. Au fil du temps, les individus les moins peureux se sont rapprochés de l’homme et ont fini par constituer une race distincte. Chacun devait y trouver son compte, le canidé veillait sur le campement de l’homme quand celui-ci s’endormait et l’aidait à chasser et en retour, le canidé se nourrissait des restes des proies.

A partir de ses premiers chiens, l’homme a développé l’ensemble des races canines qui existent aujourd’hui à l’aide d’une technique appelée l’élevage sélectif. Cette technique consiste à faire reproduire uniquement les individus qui possèdent les traits de caractère ou de comportement souhaités. Le border collie par exemple, conserve le comportement d’approche du loup vers un troupeau, il se couche naturellement lorsqu’il s’approche des brebis. Les chiens de chasse « pointeur » lèvent la patte lorsqu’ils repèrent une proie, exactement comme le font les loups. Les chiens d’assistance on eux, au contraire, supprimé tous les comportements d’agressivité. La sélection ne porte pas seulement sur les traits comportementaux, mais aussi sur la morphologie des individus. Pour exemple, les chiens puissants et de grande taille ont été sélectionnés pour garder le bétail.

 

Conclusion

Difficile d’avoir un avis tranché sur les origines exactes du chien tant les théories sont nombreuses. Les dernières hypothèses montrent que le chien domestique descend de plusieurs espèces de canidés sauvages préexistantes. Parmi ces ascendants potentiels figurent le loup (Canis lupus), le chacal (Canis aureus) et le coyote (Canis latrans). Notre compagnon canin serait donc issu de croisements entre les ancêtres européens et asiatiques de ces canidés sauvages au gré des migrations humaines, domestiqués à deux époques différentes (la première domestication aurait eu lieu il y a environ 15000 ans et la deuxième il y a 12500 ans, environ).

Résultat de recherche d'images pour "canis lupus"Résultat de recherche d'images pour "canis aureus"Résultat de recherche d'images pour "canis latrans"

                 Canis lupus                                             Canis aureus                                      Canis latrans

 

 

Sources :

Comment parler chien ; un livre de Stanley Coren

Assis ! Couché ! Pas bougé ! ; un livre de Gwen Bailey

sciencesetavenir.fr

hominides.com

wikichien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *