Curiosité #16 : Pourquoi les chiens n’ont-ils pas froid aux pattes ?

Les enfants posent souvent cette excellente question : les chiens ont-ils froid aux pattes ? Alors maintenant, vous aurez de quoi leur répondre.

 

De nombreux animaux sauvages vivant sous les hautes latitudes possèdent des adaptations leur permettant de garder une température corporelle constante malgré le froid ambiant. Les mammifères marins, tout comme les manchots, ont un système d’échange thermique qui diminue la chaleur dans les membres afin de limiter au maximum sa dissipation. Les renards polaires ont un corps compact tandis que leur museau et leurs oreilles sont de petites tailles. Les extrémités ont été réduites au maximum.

Comme les renards polaires ou les loups, les chiens domestiques sont protégés du froid par un pelage dense et épais. Seules les pattes en sont dépourvues. Elles sont pourtant au contact du sol et leur rapport surface/volume est élevé. La chaleur pourrait donc se perdre facilement à ce niveau. Heureusement, la nature a tout prévu.

Une étude menée par l’équipe d’Hiroyoshi Ninomiya, de l’université de Yamazaki Gakuen à Tokyo, explique dans la revue Veterinary Dermatology pourquoi les pattes de chiens restent chaudes jusqu’à une température extérieure de -35 °C. Des observations faites au microscope électronique montrent qu’ils sont équipés d’échangeurs thermiques au sein de leurs coussinets.

Les chiens peuvent marcher dans la neige sans aucune crainte. Ils possèdent des adaptations anatomiques (des échangeurs thermiques à contrecourant) dans les coussinets que l'ont retrouve habituellement chez des animaux vivant sous des climats froids. © C.-J. Richey121, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Les chiens peuvent marcher dans la neige sans aucune crainte. Ils possèdent des adaptations anatomiques (des échangeurs thermiques à contre-courant) dans les coussinets que l’ont retrouve habituellement chez des animaux vivant sous des climats froids

 

Des échangeurs thermiques à contre-courant dans les pattes

La structure interne des pattes se compose d’un réseau de veinules intimement associé aux artérioles irriguant la surface des coussinets. Ces vaisseaux sanguins sont organisés en triades (veine – artère – veine) fonctionnant comme un échangeur thermique à contre-courant. Le sang chaud provenant du corps par les artères transmet une partie de son énergie calorifique aux veines remontant vers le cœur. La chaleur est donc échangée avant que le sang chaud n’arrive à la surface de contact des coussinets avec le sol. 

Une seconde adaptation anatomique impliquant un plexus veineux gère la distribution du sang dans les coussinets en fonction de la température du sol. Grâce à ce réseau, les pattes sont toujours maintenues à une température appropriée, malgré le froid environnant. Ce principe fonctionne jusqu’à -35 °C.

Les chercheurs ont été étonnés de trouver ce système hautement spécialisé chez les chiens domestiques. Cependant, ce résultat interroge par rapport à l’histoire évolutive des canidés. Nos compagnons descendent-ils d’un ancêtre qui vivait dans un climat polaire ?

 

Conclusion

Comme de nombreux animaux sauvages vivant sous des climats froids, les chiens possèdent des échangeurs thermiques à l’intérieur de leurs coussinets. Le sang remontant vers le corps est toujours chaud… jusqu’à une température extérieure de -35 °C.

 

 

Sources :

futura-sciences.com

onlinelibrary.wiley.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *