Bonnes manières #2 : Mon chien aboie sans cesse !

La plupart des chiens ont tendance à aboyer naturellement, contrairement à l’un de leurs ancêtres sauvages, les loups, qui aboient très rarement. Certaines races, sélectionnées pour donner l’alerte et être de bons chiens de garde, aboient plus que d’autres. Parce qu’il est rare de na pas avoir de voisins gênés par le bruit, vous devez apprendre à votre chien à ne pas aboyer sans raison.

 

A l’état naturel

A l’état naturel, un chien adulte utilise un signal efficace et simple pour imposer le silence à un chiot, lorsque que par exemple un danger se rapproche et que la discrétion est de mise : il saisit le museau du fauteur de trouble entre ses mâchoires, sans le mordre mais en poussant un bref grondement sourd. La douceur de ce geste ne provoque ni plainte, ni tentative de fuite, et le jeune se tait instantanément.

La technique énoncé si après, s’inspire du signal utilisé par les chiens entre eux à l’état naturel.

 

Comment interrompre les aboiements intempestifs de son chien ?

Le principe de base est le suivant : si votre chien aboie pour attirer votre attention, ignorez-le ; s’il est trop excité, calmez-le ; et s’il prend toutes les feuilles qui passent au vent pour des intrus, éduquez-le.

Résultat de recherche d'images pour "presser museau d'un chien pour faire taire chien"Pour cela, à chaque fois que votre chien aboie, demandez lui de venir à vos pieds. Après l’avoir fait asseoir à votre gauche, glissez les doigts de votre main gauche sous son collier et soulevez-le tout en prenant le bout de son museau en tenaille dans votre main droite et en exerçant une pression vers le bas. En même temps, ordonnez-lui : « Silence », d’une voix came et neutre, sans trace d’énervement. N’hésitez pas à répéter la manœuvre autant de fois que nécessaire. Récompensez-le aussitôt lorsqu’il arrête ses aboiements.

Selon la race de votre chien, deux à dix exercices de ce genre devraient suffire pour l’amener à se taire quand vous lui demandez, sans jamais élever le ton de votre voix.

En vous y prenant de la sorte, vous copiez ni plus ni moins la technique utilisée par les canidés pour interrompre les aboiements intempestifs. La main que vous glissez vous le collier sert uniquement à immobiliser la tête de l’animal. Votre main droite, elle, imite le geste de la gueule ouverte sur le museau du jeune et transmet le même message. Quant au mot « Silence » énoncé doucement, il est la réplique du bref grondement sourd.

La chose à ne pas faire est de prononcer à tue-tête, les mots : « Non ! », « Arrête ! », « Taie-toi ! ». Ces cries résonneraient à l’oreille du chien comme autant d’aboiements. Il faut se représenter ce qui se passe pour lui. Il aboie pour signaler un problème, indiquer qu’à son avis quelque chose ne va pas. Là-dessus, son maître (chef présumé du groupe), se met lui aussi à aboyer à travers ses cris, ce qui ne peut que confirmer le chien dans l’idée qu’il a raison de sonner l’alarme.

 

Conclusion

Cette procédure de rappel au calme ne doit toutefois être utilisée que pour mettre fin à des aboiements effectivement intempestifs ou trop gênants. Il ne faut pas en effet pas oublier que si, contrairement au loup, le chien aboie, c’est parce que l’homme l’a voulu ainsi. Ne découragez donc pas votre loulou d’aboyer quand il vous signale l’arrivée d’une personne étrangère, un événement qui lui paraît bizarre ou tout simplement le chat qui vient de passer derrière la fenêtre. Si la chose ne vous paraît pas mériter le déplacement, contentez-vous de le rappeler et récompensez-le d’une caresse pour lui montrer que vous avez compris le message. En donnant de la voix, il s’acquitte d’une mission que nos ancêtres lui ont assignée il y a des milliers et des milliers d’années.

 

 

Sources :

Comment parler chien ; un livre de Stanley Coren

Assis ! Couché ! Pas bouger ! ; un livre de Gwen Bailey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *